Fabriquer des machines près de chez nous

04 mars 2021
Depuis longtemps, nettoyer son linge nécessite un appui technique : savons, machines, essoreuses, fers à repasser, etc. Des machines à laver sont fabriquées dans la région bruxelloise. La ville produit des appareils tant pour son marché intérieur que pour l’exportation. Coup d'oeil sur Olympia, une de ces fabriques de chez nous...

Les fabricants sont à l’origine des menuisiers, des tonneliers ou encore des chaudronniers qui adaptent leurs produits à de nouvelles fonctions. Ces artisans témoignent de beaucoup d’inventivité en produisant des mécanismes parfois très élaborés et en les adaptant aux ancêtres de nos machines à laver. Des firmes spécialisées dans la mise au point, la production et la diffusion d’appareils ménagers se multiplient dans la capitale à partir de la seconde moitié du 19e siècle. Pour outiller les ménagères ou les nombreuses blanchisseries, ils conçoivent des machines à laver, des tordeuses et des essoreuses. Ces petites sociétés assurent également un service après-vente de proximité, ajoutant par exemple un moteur électrique aux machines anciennes.

Ancienne photo d'une machine à laver avec moteur électrique et essoreuse.
Machine à laver avec moteur électrique et essoreuse.

De la vingtaine de firmes présentes à Bruxelles et sa périphérie, nous voudrions pointer l’une d’entre elle : Olympia. Cette société a en effet été fondée par le grand père d’une des guides de la Fonderie, Sylvie De Bruyne. Son évolution est à l’image de beaucoup d’autres entreprises du même type et résume à elle seule une histoire mainte fois répétée.

Cyriel De Bruyne est né à Machelen aan de Leie, près de Deinze, en 1913. Il est tonnelier de profession. Son entreprise familiale est florissante dans une région où la production de tonneaux est au diapason de demandes toujours plus importantes de brasseurs et autres marchands de liqueurs. Cyriel s’intéresse plus particulièrement à la mécanique et s’essaye tout naturellement à la construction de tonneaux de lessive. Le succès est au rendez-vous, à peine interrompu par la Seconde Guerre mondiale. En 1948, il crée avec son jeune frère Robert une société qu’ils baptisent du nom d’« Olympia », en hommage aux Jeux Olympiques qui se déroulent alors à Londres. Le grand-père de Sylvie s’occupe du travail manuel et de la confection des tonneaux, tandis que son frère est responsable de l’administration de l’usine de Machelen et des ventes .

ancienne photo de famille représentant Cyriel et Maria De Bruyne et 3 de leurs enfants
Photo de famille représentant Cyriel et Maria De Bruyne et 3 de leurs enfants

Suite à une divergence d’opinions, les deux frères se séparent. Robert conservera la société et la développera. Cyriel retournera à la fabrication de tonneaux avant d’ouvrir un grand magasin d’électroménagers et de matériel de jardin à Olsene (Deinze). Il meurt à Waregem en 1992.

La marque Olympia va connaitre un grand succès, surtout local. Les machines, très simples au niveau du design, sont réputées pour la qualité du lessivage. On les surnommait les « boerenwasmachines », les machines paysannes, pour souligner leur solidité : ce type de machines est acheté pour 20 ans et constitue un investissement sur le long terme, garanti par un service après-vente sans défaut.

En 1967, une cinquantaine de fabricants de machines sont toujours signalés en Belgique. Leurs ateliers vont bientôt devoir s’effacer face à la concurrence de grandes multinationales qui inondent le marché de produits moins encombrants et à bas prix. L’arrivée de la machine automatique porte un coup fatal à ces petites entreprises locales, qui disparaissent au profit de sociétés étrangères. Mais Olympia se maintient malgré tout et produira des machines à laver automatiques et plus tard électroniques. La firme de Machelen conservera toujours une taille modeste, n’employant jamais plus de six personnes, et vendant surtout des machines en Flandre et à Bruxelles.

Fons et Jan, les deux petits-fils du fondateur, décident finalement de cesser leurs activités en 2008. Il s’agissait de la dernière entreprise belge fabriquant des machine à laver. Pourtant, Olympia continue toujours de garantir un service de réparation. Leur site internet annonce d’ailleurs « Le 1er mars 2008, la production des machines à laver Olympia a été arrêtée. Cependant, vous pouvez encore profiter de notre service rapide et fiable pendant de nombreuses années. » Un rapide coup d’œil sur des sites de vente de seconde main montrent que ces machines inusables tiennent toujours la cote !

article du Laatste Nieuws : laatste Belgische wasmachinefabrikant stopt ermee
Article du Laatste Nieuws du 13/08/2008

Aujourd’hui, dans des complexes ultra modernes, il est à peine plus rapide de faire une lessive que de fabriquer un lave-linge. Les plus grands fabricants actuels de machines à laver sont entre autres américains (General electric, Kenmore, Whirlpool), coréens (Samsung, LG), suédois (Electrolux) ou chinois (Haier). Mais l’ambiance de ces usines y est certainement beaucoup moins familiale que celle des ateliers des frères De Bruyne.

Auteur : Pascal Majerus, conservateur de La Fonderie, Musée bruxellois des industries et du travail.