Projet Salamandre

04 août 2020
Héritée de son passé industriel, la pollution et l’assainissement des sols constituent une problématique aigüe en Belgique. Au travers du projet-pilote Salamandre, La Fonderie et ses partenaires proposent une approche innovante par la recherche archivistique.

Notre société tente à l’heure actuelle de s’adapter aux bouleversements engendrés par la Révolution digitale et d’en saisir les opportunités. Depuis une vingtaine d’année, nos régions lancé d’ambitieuses politiques veillant à apurer la dette écologique résultant principalement des révolutions industrielles qui ont façonné notre environnement depuis plus de deux siècles.

Les pollutions du sol sont très fréquentes dans les zones urbaines au passé industriel. Peu visibles elles présentent des risques réels et peuvent être à la source de problèmes de santé. En milieu urbain, les dangers de cette contamination pour les habitants sont accrus du fait de la mixité « logement-entreprise » et de la densité de population. La pollution du sol peut également avoir un impact significatif sur l’environnement en portant atteinte à la biodiversité, aux écosystèmes et aux nappes d’eau souterraines.

Le risque d’acquérir sans le savoir un sol pollué peut entraîner des désagréments financiers. Dans tous les cas, cette situation introduit un risque économique lié à l’incertitude. La pollution du sol pose également des problèmes en termes de bonne gestion foncière et immobilière de la ville. Les pouvoirs publics mènent une politique visant à réhabiliter des sites pollués ou potentiellement pollués afin de répondre aux nécessités de redéploiement économique par la création de nouveaux espaces, et visant à améliorer l’environnement de nos régions.

La mise en place d’un programme de réhabilitation des anciens sites industriels passe par une étude historique des sols et par des campagnes de mesures sur le terrain. Les bureaux d’étude en charge de ces analyses ont parfois du mal à expliquer certaines pollutions notamment à cause d’une documentation difficilement disponible ou des migrations de pollutions non expliquées, souvent engendrées par un bâti sous-terrain mal identifié (sections d’égouttage abandonnées, puits désaffectés ou un ancien détournement du lit de la Senne à Bruxelles, par exemple).

Le projet Salamandre est né d’un consortium entre les Archives de l’Etat à Bruxelles, la Fonderie, le Centre d’Histoire des Sciences et des Techniques de l’Université de Liège, le Pôle d’Histoire et de Sociologie environnementales de l’Université de Namur, le Earth and Life Institute de l’Université catholique de Louvain et l’asbl BruxellesFabriques. Il portait sur la recherche de nouvelles pistes archivistiques et documentaires en vue d’aider les acteurs de terrain. En tenant compte de l’urgence dans laquelle doivent souvent travailler les acteurs de l’assainissement des sols et la complexité de la recherche archivistique, il était indispensable de trouver des synergies entres les milieux économiques, administratifs et archivistiques afin de réfléchir, de concevoir et de rechercher des moyens de contribuer à alimenter l’inventaire des sols élaboré par Bruxelles-Environnement.

Nous avons démontré que les archives peuvent aider les administrations à veiller sur la santé des habitants et aménager au mieux le territoire. Parallèlement, la connaissance du passé permet aux citoyens de réapproprier les espaces qu’ils occupent. Ce projet débouche déjà sur un autre projet de co-création financé par Innoviris.brussels en vue de favoriser l’agriculture urbaine et la sauvegarde du patrimoine industriel par une mobilisation citoyenne en vue d’une valorisation des archives, ArchiSols.